Marlène Albert-Llorca, Les répercussions de l’affaire des “caricatures de Mahomet” sur les fêtes valenciennes de “Moros y Cristianos”: un débat autour de la tolérance religieuse

 

Nel settembre 2005 un giornale danese ha pubblicato dodici vignette che rappresentavano il profeta Maometto in una maniera considerata oltraggiosa nei confronti dell’Islam da parte dei musulmani residenti in Danimarca e dalla maggior parte dei paesi musulmani. Il mio contributo verte sulle ripercussioni della questione delle “Caricature di Maometto” nei paesi valenzani spagnoli. In più località di questa regione, si celebra ogni anno la festa Moros y Cristianos, volta a commemorare le battaglie della Reconquista. Ora, la fazione dei mori, in alcune di queste celebrazioni, ha come emblema un manichino chiamato Mahoma (Maometto), o la Mahoma. Questa tradizione avrebbe potuto essere interpretata dai musulmani come blasfema e si è dunque posto il problema di capire se dovesse essere sospesa in nome della tolleranza religiosa.

Parole chiave. Spagna, Islam, tradizione, tolleranza, Maometto

Marlène Albert-Llorca, professore emerito dell’Università di Tolosa 2 – Le Mirail e membro del Centro d’antropologia sociale, équipe del LISST (Laboratoire Interdisciplinaire Solidarités, Sociétés, Territoires), ha incentrato il suo lavoro di ricerca sulle espressioni consuetudinarie del cattolicesimo e il suo ruolo nella costruzione delle identità collettive. Autrice di numerosi articoli, ha anche scritto e diretto diversi lavori. Si menzionano qui L’ordre des choses. Les récits d’origine des animaux et des plantes en Europe, Eds du C.T.H.S., Paris 1991; Les Vierges miraculeuses. Légendes et rituels, Gallimard, Paris 2002; Moros y Cristianos. Representaciones del Otro en las fiestas del Mediterráneo occidental, PUM/Eds Diputación de Granada, Toulouse 2003 (dir. avec J. A. González Alcantud); «Monuments» et décors de la Semaine sainte en Méditerranée: arts, rituels, liturgies, CNRS – Univ. de Toulouse-Le Mirail 2009, coll. «Méridiennes» » (dir. avec C. Aribaud, J. Lugand, J.-B. Mathon).

---

En septembre 2005, un journal danois publiait douze dessins représentant le prophète Mahomet d’une façon qui fut jugée injurieuse à l’égard de l'islam par les musulmans installés au Danemark puis par la plupart des pays musulmans. Ma contribution porte sur les répercussions de cette affaire des “caricatures de Mahomet” dans le Pays valencien, en Espagne. Dans plusieurs localités de cette région, on célèbre chaque année une fête de Moros y Cristianos destinée à commémorer les batailles de la Reconquista. Or, dans certaines de ces fêtes, le camp maure a pour emblème un mannequin appelé Mahoma (Mahomet) ou la Mahoma. Cette tradition pouvait être interprétée par les musulmans comme blasphématoire et la question s’est donc posée de savoir s’il ne fallait pas la supprimer au nom de la tolérance religieuse.

Mots-clés. Espagne, Islam, tradition, tolérance, Mahomet

Marlène Albert-Llorca, professeur émérite de l’Université de Toulouse 2 – Le Mirail et membre du Centre d’Anthropologie Sociale, équipe du LISST (Laboratoire Interdisciplinaire Solidarités, Sociétés, Territoires), Marlène Albert-Llorca a centré ses recherches sur les expressions coutumières du catholicisme et son rôle dans la construction des identités collectives. Auteur de nombreux articles, elle a également écrit ou dirigé plusieurs ouvrages. Mentionnons L’ordre des choses. Les récits d’origine des animaux et des plantes en Europe, Eds du C.T.H.S., Paris 1991; Les Vierges miraculeuses. Légendes et rituels, Gallimard, Paris 2002; Moros y Cristianos. Representaciones del Otro en las fiestas del Mediterráneo occidental, PUM/Eds Diputación de Granada, Toulouse 2003 (dir. avec J. A. González Alcantud); «Monuments» et décors de la Semaine sainte en Méditerranée: arts, rituels, liturgies, CNRS – Univ. de Toulouse-Le Mirail 2009, coll. «Méridiennes» (dir. avec C. Aribaud, J. Lugand, J.-B. Mathon).


 

}); })(jQuery);